La côte Nord de la Colombie

Pica-02-grand (Copier)QUE JE VOUS RACONTE…

 

MARDI 25 aout 2015,

 

En quittant Carthagène, on prend la route du nord, direction le volcan de Totumo ; c’est un volcan de terre accessible en 1 minute de marche !!! c’est plutôt un attrape touriste, franchement rien d’intéressant. Juste pour monter au sommet et prendre une photo il a faut payer, et pour ceux qui ont l’envie de prendre un bain de boue, tout est payant jusqu’au rinçage et tout çà sans aucun sourire bref une grosse arnaque.

 

P1190302 (Copier)

P1190303 (Copier)

P1190304 (Copier)

 

On reprend la route, direction la Playa Valero, on passe tous les restos, et tout au bout on trouve la plage destiné aux sports nautiques… et là on assiste au retour des pêcheurs, on en profite pour acheter du poisson et se le griller sur la plage. Pause déjeuner bien sympa…

P1190308 (Copier)

P1190309 (Copier)

P1190313 (Copier)

P1190316 (Copier)

P1190318 (Copier)

P1190320 (Copier)

 

Après cette pause bien sympa, on repart et là sur le parking d’un resto, on voit un pick up tractant une caravane !!! c’est pas souvent qu’on voit çà par ici, on va au nouvelle et faisons connaissance de Rony et Keila, Bréziliens, sur les routes depuis presque 3 mois dont 2 mois au Vénézuela ; du coup on papote, on échange des infos et finalement nous bivouaquerons face à la mer, sur le parking du resto.

P1190323 (Copier)

P1190328 (Copier)

P1190329 (Copier)

Notre guardienne pour la nuit, normale qu’elle reparte avec une petite friandise…

P1190330 (Copier)

 

Mercredi 26 aout 2015 : Plage de cocotiers

 

Avant Santa Marta, il y a la Cienaga, entre mer et mangrove ; ici les habitants vivent de la pêche, dans des maisons sur pilotis et ont des petites barques à voile.

P1190337 (Copier)

P1190338 (Copier)

P1190342 (Copier)

P1190344 (Copier)

P1190351 (Copier)

 

On a passé Santa Marta, et juste quelques kilomètres après le Parc Tayrona, on a trouvé une petite plage de cocotiers bien sympa et si on est bon marcheur on peut même rejoindre le parc Tayrona sans passer par l’entrée payante…

Cette plage est la seule que nous ayons trouvé de libre, tout le reste est payant, ou privé. On y restera quelques jours ; elle est habité par les pêcheurs ; et à 300 mètres de là, le Rio Mandiguaca, se jette dans la mer, ce qui fais qu’on à la baignoire à ciel ouvert… Génial !!!

 

P1190376 (Copier)P1190373 (Copier)

Les cocotiers sont habités par des écureuils…

P1190389 (Copier)

P1190375 (Copier)

Trop bon la coco

P1190377 (Copier)

P1190397 (Copier)

P1190382 (Copier)

Le Rio Mandiguaca rejoint la mer

P1190383 (Copier)

 

Au programme détente et farniente…

P1190391 (Copier)

P1190390 (Copier)

 

Après ce petit coin de paradis on essaiera de trouver d’autres plages sympa, et rien car tout est absolument privé. A Palomino, impossible de trouver un coin pour stationner avec son véhicule sur la plage, juste un parking en bout de celle-ci mais rien d’extraordinaire.

P1190415 (Copier)

P1190416 (Copier)

 

On décide donc de prendre la route de la Péninsule de la Guaira et du village de Cabo de la Vela, lieu désertique du bout du monde ; pour y aller c’est de la piste et une chaleur écrasante frôlant les 45°; l’air est brulant on a l’impression d’être transporté au Sahara. Progressivement la route se transforme en piste.

P1190421 (Copier)

P1190424 (Copier)

P1190426 (Copier)

P1190435 (Copier)

En plein milieu de nulle part, le train de la mine de charbon

P1190556 (Copier)

P1190557 (Copier)

P1190561 (Copier)

Cabo de la Vela, est un village Wayoo, une communauté indienne qui vit de la pêche, de l’artisanat, il fabrique de magniques  molas, sac réalisé au crochet ainsi que des chincheros, le hamac tréssé, de toute beauté et du tourisme, puisque Cabo de la Vela est un spot de kite surf avec des conditions parfaites pour pratiquer : du vent, du vent, du vent et du vent toute l’année. Ce village est quasiment dans la partie la plus au Nord de l’Amérique du Sud.

Nous prenons la direction de la plage et des écoles de kite, et au détour d’une rue, un jeune homme nous arrête nous demandant : “vous êtes français, vous venez d’Ushuaia ? nous nous sommes croisés là – bas “ et voilà qu’à l’extrème nord de l’Amérique du Sud, nous croisons Mathieu, que nous avions rencontré à Ushuaia !!! incroyable comme le monde des voyageurs est petit…

Nous stationnons sur la plage ; le spectacle est de toute beauté.

 P1190443 (Copier)

P1190452 (Copier)

P1190455 (Copier)

P1190456 (Copier)

Le lendemain, nous discuterons avec Mathieu, qui est là depuis 10 jours et est prof dans une école de kite. Il nous apprendra les durs conditions de vie, ici, pas d’eau ni d’électricité juste le groupe élèctrogène. Pour l’eau normalement c’est un camion citerne qui vient approvisionner le village mais parfois il ne vient pas du coup il faut partir à la ville la plus proche chercher ce qu’il faut.

Ici il fait extrèmement chaud et le vent est permanent.

Nous passerons 3 jours, à se balader, à farnienter et à discuter avec les gens. Nous ferons la connaissance de Pascualine qui fabrique de magnifique Molas et nous expliqueras pas mal de chose sur les Wayoo.

P1190515 (Copier)

P1190524 (Copier)

P1190525 (Copier)

Que dire de plus ? rien, juste que le coin était superbe

P1190462 (Copier)

P1190463 (Copier)

P1190464 (Copier)

P1190489 (Copier)

P1190493 (Copier)

P1190495 (Copier)

P1190508 (Copier)

P1190514 (Copier)

P1190520 (Copier)

P1190523 (Copier)

P1190539 (Copier)

Avant de partir, une dernière photo avec mathieu une super rencontre. Rire

P1190548 (Copier)

Maintenant direction le Vénézuela.

Pica-01-grand (Copier)




Carthagène et alentours Colombie

 

 

Pica-02-grand (Copier)QUE JE VOUS RACONTE…

 

 

Depuis que nous avons quitté le village de Barichara, nous avons du mal à trouver des bivouacs pour la nuit. Nous avons stationné sur des parkings de station service, pas génial niveau paysage, mais vraiment rien… sans compter la chaleur étouffante même la nuit.

Et au détours d’une route, on commence à longer une rivière, et eureka nous trouvons un petit coin histoire de se rafraîchir !!! on en a même profiter pour refaire le plein du tank à eau et même une petite lessive !!!

Ami voyageur si vous passez par là voici les coordonnées GPS : 7,40806  – 73,18534 de ce petit coin bien rafraîchissant

 

P1190006 (Copier)

 

Tout le long, la route est bordé de calebassiers, qui permettent de faire plein de truc, de l’instrument de musique aux ustensiles de cuisine…

P1190008 (Copier)

 

Lors de la pause déjeuner, à l’ombre d’un arbre, nous étions observé, notre ami l’iguane, attendait une petite feuille de choux que nous lui avons déposer et il n’a pas tardé à venir la récupérer !!! je connaissais la chèvre et le choux mais l’iguane et le choux ce fut une découverte !!

 

P1190020 (Copier)

P1190054 (Copier)P1190056 (Copier)

 

 

Samedi 15 août 2015, Plage de Tolu.

 

En prenant la direction du village de Tolu, à l’ouest de Carthagène, nous avons traversé de nombreux étangs, dont un qui nous a permis de découvrir un nouvel oiseau : la spatule rosée, son bec plat est doté de filaments qui retiennent la nourriture en suspension dans l’eau.

P1190034 (Copier)

P1190042 (Copier)

P1190044 (Copier)

P1190057 (Copier)

 

On nous avait parlé de la jolie plage de sable blanc de Tolu. nous avons donc décidé d’y faire un saut, histoire de voir de quoi il retourne ; effectivement c’est un petit coin sympa, très fréquenté le week-end. On n’y fera qu’une courte halte. Ca fait du bien de revoir la mer là dernière fois c’était à Puerto Lopez en Equateur !!!

P1190047 (Copier)P1190058 (Copier)

P1190059 (Copier)

 

Juste à la sortie de Tolu, on croise un boeuf avec une grosse bosse sur le dos. On en a croisé par mal dans le coin mais c’est le premier que je vois avec une bosse aussi grosse.

 

P1190064 (Copier)

 

A perte de vue, des champs de palmiers à huile ; le fruit permet de fabriquer l’huile de palme si chèr à l’industrie alimentaire…

 

P1190067 (Copier)

P1190068 (Copier)

 

Lundi 18 aout 2015, Playa blanca – Baru

 

Nous avons pris la direction de l’île de Baru, par la route, car avant il fallait utiliser des bacs pour s’y rendre mais aujourd’hui il existe un magnifique pont qui relie Baru, au continent. Malheureusement nous sommes jours férié et il y a monde fou… impossible de marcher sur la petite plage de playa blanca.

P1190086 (Copier)

P1190087 (Copier)

 

On continuera jusqu’au village de Baru, et feront une halte sur la plage. Ici tout est privé, il faut stationner le véhicule un peu à l’écart, et franchement le coin est un peu trop isolé à notre goût pour y passer la nuit, de plus la mangrove est juste à côté et le moustique n’ai pas notre ami du coup on prend la direction de Carthagène.

 

P1190081 (Copier)

 

Il est 20H30 quand on se trouve un bivouac à Carthagène, dans le quartier de Bocagrande, derrière le Hilton. Il y a un peu d’air mais qui disparaît totalement au cours de la nuit ; nous aurons vraiment très chaud, du coup on se réveille aux aurores, pour trouver une plage ou passer la journée et surtout de l’air…

Et à force de chercher nous allons trouver… c’est une plage à l’extérieur du centre-ville, direction l’aéroport.

Nous allons y rester une semaine ; aucun soucis. Les policiers sont d’abord venu nous dire qu’après 18 heures aucun véhicule sur la plage n’était autoriser du coup nous leur demandons de nous indiquer un lieu pour passer plusieurs jours ; devant cette grande question qui restera sans réponse puisqu’à ce jour il n’y pas de camping ou parc pour “casa rodente” à Carthagène,  ils nous ont dis qu’on pouvait rester ici à condition de nous rapprocher de l’hôtel Las Américas et du restaurant et ce uniquement pour la nuit.

Et le top dans tout çà c’est que l’Hôtel Las Américas, offre le wifi ouvert à tous !!! et de qualité !!! GENIAL.

P1190112 (Copier)P1190117 (Copier)

 

Juste derrière nous la piste d’atterrissage de l’aéroport du coup les avions passent très près.

 

P1190095 (Copier)

P1190097 (Copier)

 

Cela ne perturbe même pas les aigrettes.

 

P1190107 (Copier)

P1190121 (Copier)

 

lundi 24 aout 2014, Visite du Centre Historique

 

Nous ne pouvons pas quitter Carthagène, sans faire un petit tour du centre historique. Effectivement c’est très sympa, des édifices colorés, la muraille qui encercle la cité, son fort bref une ville avec un passé.

Voici un petit aperçu …

 

P1190159 (Copier)P1190171 (Copier)

P1190173 (Copier)P1190180 (Copier)

P1190181 (Copier)

P1190188 (Copier)

P1190215 (Copier)

P1190236 (Copier)

P1190160 (Copier)

P1190245 (Copier)

P1190246 (Copier)

P1190248 (Copier)

 

Ici les marteaux de porte sont très représentatifs et stylés.

 

P1190220 (Copier)P1190222 (Copier)

P1190228 (Copier)

P1190269 (Copier)

 

Et pleins de petits vendeurs ambulants proposant des fruits, des cigarettes, des minutes pour le téléphone, ou de jolies salades de fruits ou mangue au sel et citron.

P1190251 (Copier)P1190253 (Copier)

P1190260 (Copier)

P1190264 (Copier)

 

Et aller encore un petit tour…

 

P1190262 (Copier)

P1190267 (Copier)

P1190268 (Copier)

 

Au loin, le castillo San Felipe de Bajaras

 

 

P1190150 (Copier)

 

Et carthagène est aussi une escale bien connue des marins qui passent le canal de Panama.

 

P1190138 (Copier)

 

Carthagène c’est aussi un Bocagrande, un quartier uniquement dédié au tourisme, avec de grands immeubles. Contraste saisissant avec le centre historique.

P1190169 (Copier)

 

Il est temps pour nous de reprendre la route, pour de nouvelles découvertes.

 

Spécial dédicace à David, qui après avoir discuté avec nous sur la plage nous a invité dans sa petite famille. On a passé une super soirée un grand merci…

 

Infos pratiques :

 

Bivouac derrière le Hilton, quartier de Bocagrande

10° 23, 703  75° 33.591

Bivouac sur la plage de l’Hôtel Las Americas

Sur la 90A (Via al Mar) route de Baranquilla

10.45549  75.51071

 

Pour l’eau, il suffit de demander au station service.

 

WIFI ouvert sur la plage,  WIFI LAS AMERICAS

 

Nous avons pu trouver une batterie à décharge lente pour nos panneaux solaires

Nautiagro

Quartier Manga (direction le Club nautique)

Avenida Lacides Segovilla Calle 26 N° 15 – 112

 

 

Pica-01-petit (Copier)




Villages coloniaux Villa de Leyva Barichara et Guane–Colombie

 

Pica-02-petit (Copier)QUE JE VOUS RACONTE…

 

 

Dimanche 9 aout 2015, Villa de Leyva

 

Le problème quand on bivouaque sur le parking d’une chapelle c’est de savoir qu’elle jour sera le lendemain, car hier samedi, il n’y avait personne, le calme parfait mais aujourd’hui dimanche nous sommes réveillés des 7H30 par l’appel de Mr Le Curé à ses ouailles !! et pour ce faire un poteau muni de 5 hauts parleurs nous ont permis de le savoir !!!! réveil en fanfare !!!

On arrive des le début de matinée à Villa de Leyva , dimanche oblige, beaucoup de monde se balade. La visite de ce village est bien sympa mais hyper touristique on ne ressent pas trop l’authenticité.

P1180667 (Copier)

Les armoiries de la ville, fondée en 1572.

P1180671 (Copier)

La grande place où en ce mois d’août, tout le monde vient avec son cerf-volant. Août étant déclaré le mois des cerf-volants.

P1180676 (Copier)

Jacky observe…

P1180677 (Copier)

P1180673 (Copier)

P1180674 (Copier)

P1180678 (Copier)

P1180684 (Copier)

P1180686 (Copier)

P1180691 (Copier)

P1180693 (Copier)

Quand on dit touristique c’est touristique…

 

P1180696 (Copier)

P1180697 (Copier)

P1180702 (Copier)P1180705 (Copier)

P1180707 (Copier)

P1180714 (Copier)P1180716 (Copier)

 

On a bien aimé flâner dans ces ruelles.

 

Lundi 10 Aout 2015 : Barichara

 

Juste avant d’arriver à Barichara sur la route, des champs de Tabac et un séchoir.

 

P1180731 (Copier)

P1180946 (Copier)

 

 

C’est notre village coup de coeur on a adoré s’y balader, et l’atmosphère de tranquillité qui y règne comme si le temps s’était arrêté.

Le village date de 1705 et a été déclaré plus beau village de Colombie et on comprend pourquoi. Avant tout de chose on s’est cherché un bivouac pour la journée et on a trouvé un coin pas trop mal sur la place du cimetière, arboré et en prime, un robinet d’eau contre le mur de ce dernier.

 

 

P1180750 (Copier)

 

On a attendu que le soleil décline un peu pour se balader car il faisait vraiment très chaud.

On a commencé d’abord par une visite à l’atelier de papier fait a base de la plante Yucca. Jacky a été le parfait élève à tel point que nous sommes repartis avec un papier brut réalisé sur place.

 

P1180800 (Copier)

P1180798 (Copier)

La feuille de la yucca une fois coupé, permet en la cassant d’obtenir du fil. Ce fil est mis a trempé dans différents bains contenant de l’eau et de la chaux pour le blanchir. Ce processus dure environ 3 mois. Une fois terminé, dans le dernier bain, on récupère une espèce de mélasse, que l’on va battre a plusieurs reprises pour l’assouplir au maximum.

 

P1180780 (Copier)

Une fois la mélasse bien battue, on la fais trempé de nouveau. Dans l’eau va se déposer les particules de la fibre détaché de cette mélasse. Ce sont ces particules qui vont devenir papier.

Ces particules sont déposés sur un moule de la taille d’une feuille.

 

P1180786 (Copier)

 

Ensuite on dépose le moule sur un linge très fin pour le protéger car maintenant il va passer au pressoir pour bien l’égoutter.

 

P1180787 (Copier)

P1180788 (Copier)

P1180789 (Copier)

 

On met notre feuille dans le pressoir et c’est parti il faut enlever toute l’eau.

 

P1180790 (Copier)

P1180791 (Copier)

 

Une fois bien égoutter, il n’y a plus qu’à le faire sécher.

 

P1180792 (Copier)

P1180793 (Copier)

 

Voici une feuille complètement sèché.

P1180794 (Copier)

Ensuite cette feuille est repassé dans une presse pour la rendre plus souple, sans aspérité. Avec ce papier, l’atelier fabrique plein d’objet dérivé.

 

P1180802 (Copier)

P1180796 (Copier)

P1180797 (Copier)

Après l’atelier de papier, il fait bien plus frais, et là nous pouvons apprécié une balade dans les ruelles pavées et en pentes de Barichara.

 

P1180757 (Copier)

P1180759 (Copier)

P1180770 (Copier)

P1180775 (Copier)

P1180778 (Copier)

P1180779 (Copier)

P1180932 (Copier)

P1180945 (Copier)

 

En nous baladant nous faisons la connaissance d’Anne-Marie et de Kamel, tout deux en balade pour un mois en Colombie. Nous passerons un bon moment à discuter de voyage à une table d’un resto familiale. Très chouette rencontre, en espérant si vous lisez ces lignes avoir de vos nouvelles car nous n’avons pas votre email ….

 

P1180807 (Copier)

 

Pour bivouaquer la nuit, nous changeons de coin et avons trouvé un coin génial avec une vue superbe. Au réveil c’est génial.

 

P1180811 (Copier)P1180808 (Copier)P1180809 (Copier)

Vue du lit çà donne çà….

 

On restera 3 jours à Barichara. Nous en profiterons pour faire la marche de 7 km jusqu’au petit village de Guane mais sous une chaleur de fou !!!! On a mis quasiment trois heures!!!

Le village de Guane est lui aussi très authentique.  On a vu quelques fossiles dans les pavés utilisés pour réaliser ce chemin appelé le Camino Real de Guane. Les plus beaux fossiles ont été utilisés pour faire une petite murette autours de l’église et au pied de la statue de la place principale. On verra encore de superbes oiseaux.

 

P1180825 (Copier)

P1180846 (Copier)

P1180851 (Copier)

P1180941 (Copier)

petit clin d’oeil à christian et Maryvonne : ne cherchez plus, l’une d’elle a du prendre les Alizées car nous l’avons croisé en Colombie..Rire

 

P1180853 (Copier)

P1180858 (Copier)

des fossiles

P1180859 (Copier)

P1180875 (Copier)

P1180878 (Copier)

P1180861 (Copier)

un pic vert.

P1180871 (Copier)

Un arbre à cheveux.

 

P1180884 (Copier)

Plus que 1 km est nous sommes arrivés.

 

 

P1180888 (Copier)

P1180889 (Copier)

P1180890 (Copier)

P1180892 (Copier)

 

De beaux fossiles

P1180895 (Copier)

P1180898 (Copier)

P1180901 (Copier)

 

Et encore de beaux petits oiseaux à l’abris du soleil

P1180909 (Copier)

P1180919 (Copier)

Le moucherolle vermillon, reconnu par Danielle, lectrice et amie, merci pour l’info

P1180929 (Copier)

P1180930 (Copier)

P1180934 (Copier)

P1180943 (Copier)

 

Nous avons passé un bon moment à Barichara et vraiment nous le conseillons à tous les routards …

Infos pratiques :

bivouac avant St Gill

A l’entrée sur le parking a l’ombre et un peu à l’écart sur le parking de la station service Terpel.

nous n’avions rien trouvé entre Villa de Leyva et St Gil via Santa Sofia.

-73°10,11017   6° 32,43599

pour les bivouacs à Barichara :

de jour : on a stationné sur le parking du cimetière , robinet contre le mur côté rue, a coté de la porte d’entrée.

de nuit : Se rendre tout au bout de la carratera 6 en direction du malecon del mirador. Au bout de la route cela devient une piste en terre route. Le bivouac est après le paté de maison. On s’est garé le long avec vue sur la vallée.

pour le wifi :

nous nous rendions le soir sur la place centrale, wifi ouvert et de très bon qualité.

 

 

Pica-01-grand (Copier)




La Catedral de sal à Zapiquara – Colombie

Pica-02-grand (Copier)QUE JE VOUS RACONTE…

 

Samedi 8 aout 2015

 

La Journée de conduite de la veille fut très difficile, de la route de montagne épuisante, et rien pour stationner sans compter la chaleur.

On bivouaquera sur un parking de camionneurs juste à l’entrée de Villeta du coup on est debout à 6H30 !! On prend la direction de Zipaquira en évitant Bogota car les grandes villes c’est pas notre truc.

A Zapaquira se trouve la Catédral de Sal , en fait ce n’est pas une cathédrale comme on se l’imagine mais ce sont plutôt des galeries souterraines, dont certaine sont ornés de croix, toute taillées dans le sel. C’est une oeuvre qui s’étend sur plus de 6000 m2 de surface au sol, faite de labyrinthes, de nefs et de chapelles.

L’ensemble est constitué de 50% de sel, 40% de charbon et 10% de soufre ou de sulfure de sel.

Que dire de cette visite, oui c’est sympa mais pas incontournable.

Il y a un guide qui prend en charge quasiment une centaine de personne et qui raconte l’histoire de cette construction mais impossible d’entendre ce qu’il dit malgré son micro du coup on quitte le groupe et faisons seul la visite et franchement c’était bien plus sympa…

P1180573 (Copier)

P1180570 (Copier)

P1180572 (Copier)

P1180574 (Copier)

Avec son bâton et ses chaussures romaine, Jacky ferait le parfait pélerin non ?

 

 

Une fois passé le tunnel, nous voici dans la catédral de sal. Un show lumière est mis en place pour rendre l’ensemble encore plus jolie.

 

P1180576 (Copier)

P1180579 (Copier)

P1180585 (Copier)

 

Le dôme de la catédral éclairé de tout son bleu.

P1180593 (Copier)

P1180594 (Copier)

Vu comme çà on croirait les contours d’une planète…

 

On continue la balade jusque dans la nef

P1180598 (Copier)

 

P1180599 (Copier)

P1180602 (Copier)

P1180607 (Copier)

 

P1180628 (Copier)

P1180630 (Copier)

P1180631 (Copier)

Magnifiques sculptures taillés dans la paroi.

 

Après cette visite très spirituelle nous reprenons la route direction Villa de Leyva, village colonial fondé en 1550.

Avant d’y arriver, nous bivouaquerons au KM 14 à Puente de Bocay sur un terre plein avec des drapeaux et une petite chapelle.

5° 26,79019  73°25,97031

 

 

Pica-01-grand (Copier)




La route du café-2ème partie-Colombie

Pica-02-petit (Copier)QUE JE VOUS RACONTE…

 

Mercredi 5 aout 2015

 

A Cocora , il y a deux chemins de randonnée ; le premier est situé dans le village, au portail bleu juste à côté d’une boutique (il permet de se balader dans la vallée ) et le second est situé là ou nous bivouaquions, juste après la rivière sur la droite. C’est ce dernier que nous allons prendre pour observer les oiseaux.

Nous nous levons très tôt ce matin, pour marcher jusqu’à l’entrée de la réserve Acaime, qui parait t’il regorge d’oiseaux. il est donc 7h 00 quand nous attaquons le chemin.

Et nous ne serons pas déçu. En écoutant attentivement, et en observant bien ce qui se passe autour de nous, on est arrivé à voir des oiseaux magnifiques.

P1180203 (Copier)

P1180209 (Copier)

Il est vrai que celui là, était timide, il a refusé de se mettre face à nous, un timide quoi !!

 

P1180234 (Copier)

P1180248 (Copier)P1180373 (Copier)

Celui là avait un chant magnifique. Il s’agit d’un Geai.

 

P1180243 (Copier)

 

P1180359 (Copier)

Et lui c’est un trognon.

L’écureuil roux concentré sur sa noix ne sait même pas aperçu de notre présence.

 

P1180275 (Copier)

 

Et là juste à côté de nous sans un bruit celui qui nous observait passé… instant magique il sait laisser photographier ; il s’agit d’un Aracari.

 

P1180294 (Copier)P1180296 (Copier)

 

 

P1180386 (Copier)

Celui ci était vraiment plus grand que les autres ; son petit nom le chachalaca.

 

Un pic vert ou woodcreper.

P1180416 (Copier)

 

 

P1180436 (Copier)

 

Parfois il se cache bien… mais on l’a reconnu c’est un motmot.

P1180457 (Copier)

P1180458 (Copier)

 

jeudi 6 Aout 2015

 

Après Cocora nous avons pris la route de Manizales, puis Pereira ; cette dernière marquera la fin de la route du café. Nous n’y avons rien vu d’extraordinaire et malgré un arrêt à l’Hacienda Guayabal qui propose un “tour café” nous avons fais le choix de continuer la route trouvant l’accueil trop commercial à notre goût.

Nous continuons donc direction Bogota.

Infos Pratiques Bivouaque :

Sur l’autoroute du café nous avons trouvé deux centres d’attention aux usagers qui nous ont permis de nous poser pour la nuit. Ils ont les toilettes, un snack et le wifi qui fonctionne très bien.

– Tambo Jardin Filandia

Il est situé à 15 km d’Arménia en direction de Filandia.

– Tambo La Manuela

Situé juste avant d’arriver à Manizales.

Leur code wifi est le même : autopistas2015**

Vallée de Cocora

Passé le hameau de Cocora et tout au bout on arrive sur la piste des chevaux. Piste très escarpé. Faire environ 2 km. Nous avons stationner au bord de l’eau. C’est juste un peu avant la “cascade”.

-75° 28,80157   4°38,60933

Uniquement accessible en 4X4

Pica-01-petit (Copier)