Jules rencontre les baleines franches australes – Argentine

p1370748-copier

p1380093-copier

« Je suis à La Péninsule de Valdès » en Patagonie Argentine

 

Depuis très longtemps la rencontre avec un des grands cétacés de la planète me trottait dans la tête eh bien voilà qui n’est plus un souhait mais bien une réalité.

Je viens de rencontrer et découvrir les baleines franches australes de Patagonie qui migrent avec leur petits dans la baie Golfo Nuevo à la Péninsule de Valdès.

Ce fut pour moi un réel plaisir que de passez plusieurs semaines à les observer et essayer de comprendre.

Je me suis donc poser de nombreuses questions sur les baleines franches australes.

Mes voici ce que j’ai pu découvrir

fiche-detaille-baleine-franche-australe

p1390823-copier

Qui sont t’elles ?

Baleine Franche – Eubalaena australis
Ordre : Cétacés
Sous-Ordre : Mysticètes
Famille : Balaenidés
Noms Vernaculaires : Baleine Franche Australe, Baleine franche noire
Nom latin : Eubalaena australis ( vraie baleine, en opposition aux balénoptères)
Nom Anglais : Right whale.
Longueur : 14 à 18 mètres
Poids : 30 à 80 tonnes
Nourriture : Essentiellement du krill et des crustacés
Longévité : 40 à 70 ans
Souffle : Environ 5 mètres en forme de V
Plongée : 6 à 8 minutes
Habitat : Entre le 20°S et le 55°S, essentiellement en eux côtières
Population : 300 à 500
Signes particuliers : Grandes nageoires pectorales spatulées. Pas de nageoire dorsale. Nombreuses callositées sur le
rostre
p1360859-copier
 p1390825-copier
Taille du groupe : vit en petits groupes. Peu avoir des comportements surprenants (sauts)
Fanons : ils mesurent environs 2 m, et sont au nombre de 205 à 270 par demi-mâchoires. Ils sont gris pâle.
Description : cette baleine est noire, avec parfois des tâches blanches sur le ventre, plus ou moins étendues.
La tête énorme présente de nombreuses plaques de peau kératinisées, qui sont parasitées de balanes (crustacés fixés), de
poux de baleines.
p1390826-copier
La plongée de ces animaux est en moyenne de 6 à 8 minutes, mais peut aller jusqu’à une heure. Elle montre la caudale pour amorcer sa plongée. Son souffle est très caractéristique, puisqu’il apparaît en V. La baleine franche se nourrit de copépodes et de krill, qu’elle filtre en nageant lentement

Si comme moi les grands cétacés vous intéressent, alors une vidéo de l’émission C’est pas Sorcier pourra peut être vous en apprendre un peu plus…

 

Pour compléter :

  • Comment se déroule l’allaitement :

Comme tout mammifère, les baleines allaitent leurs petits avant qu’ils ne mangent de la nourriture solide. Les baleines ont deux mamelles, dissimulées dans deux petites fentes situées de chaque côté de la fente génitale. Les cétacés n’ont pas les muscles nécessaires pour téter; c’est plutôt la mère qui, stimulée par une pression du jeune sur le mamelon, éjectera le lait dans la bouche du bébé. Les baleineaux ont le bord de la langue garni d’extensions semblables à des pétales qui amélioreraient la succion et serviraient même à « diriger » le lait vers la gorge. Avec l’âge, et l’arrêt de l’allaitement, ces « pétales » disparaissent.

Ce lait contient, selon les espèces, de 13 à 53 % de gras. C’est beaucoup plus que chez les mammifères terrestres, ce qui permet au baleineau de grandir rapidement. Les femelles fabriquent le lait à partir de la réserve de gras sous leur peau.

Chez les baleines à fanons, le lait est généralement plus riche et l’allaitement plus court que chez les baleines à dents (quelques mois contre 1 à 2 ans). De plus, chez la majorité des espèces, les femelles baleines à fanons jeûnent pendant au moins les premiers mois de l’allaitement. Une femelle qui se nourrit doit souvent laisser son jeune en surface, vulnérable face aux prédateurs.

La mère procure à son jeune non seulement du lait, mais aussi des apprentissages précieux, surtout par imitation. Le baleineau doit également développer des techniques de chasse et d’alimentation efficaces avant le sevrage. Chez beaucoup de baleines à dents, le lien entre la mère et son jeune se prolonge au-delà de l’allaitement, favorisant peut-être des apprentissages plus complexes aux niveaux de l’alimentation et des interactions sociales. Chez certaines populations d’épaulards, les jeunes passeront même toute leur vie auprès de leur mère, dans une unité familiale où le père est absent.

En espérant que ces infos sur la baleine franche australe vous est intéressés. En tout cas j’ai pris grand plaisir a vous les faire partager.

jules-petit

 

 




Les manchots de magellan

P1030184 (Copier)

Lors de ma visite de la Réserve de Cabo Dos Bahias, j’ai pu voir de très près les manchots de magellan, mais ici la traduction espagnol est pinguinos… de quoi confondre car en fait le manchot de magellan n’est pas un pinguin car il ne peut voler ; d’où son nom de manchot.

Le manchot est un oiseau de mer, assez petit environ 55 cm et pèse entre 4 et 5 kg, et peut vivre 25 ans.

Il se caractérise par deux cravates ou bandeaux de plumage noir qui recouvrent son  cou.

Le manchot de magellan présente certaines similitudes avec le canard comme sa démarche et ses pattes palmées, avec l’oiseau car il pond un ou deux oeufs et avec le lapin car il couve son oeuf dans un terrier qu’il a lui même creuser, parfois jusqu’à un kilomètre de la mer.

P1030186 (Copier)

C’est animal vit en couple et est particulièrement fidèle.

Lors de la période des amours, le mâle arrive en premier, et pour la majorité récupère le nid de l’année précédente.Pendant les deux premières semaines de septembre, les femelles arrivent et a lieu une cour de quelques jours. Les amours ont lieu de fin septembre à début octobre.

Les oeufs sont couvés tour à tour par le mâle et la femelle durant 30 à 40 jours. Les petits ne pèsent qu’une centaine de grammes à la naissance et sont recouverts d’un plumage gris qu’ils perdent à partir de mars.  Ils mettent 25 à 30 jours pour marcher. Ils restent 11 semaines près de leurs parents.

P1030229 (Copier)

La période de reproduction terminée, les parents changent de plumage de février à mars et tous se retirent vers la mer, entreprenant une longue route migratoire vers le nord sur les côtes du brésil.

Voici les panneaux d’interpretation expliquant un peu les caractéristiques du manchots de magellan :

P1030262 (Copier)

P1030283 (Copier)

P1030190 (Copier)

P1030262 (Copier)

 

Jules-petit