Pica au Pantanal – Brésil

 

Depuis quelques temps je n’avais pas parlé de moi mais c’est fou ce que je suis occupé… Mais là j’ai pris le temps de vous présenter un de mes copains. On s’est rencontré pour la première fois au Paraguay, dans la réserve Tati Yupi et puis depuis quelques jours je le recroise sur les pistes du Pantanal.

 

Et franchement on a plein de points communs.

Il s’agit du Geai Acahé.

Regardez plutôt vous ne trouvez pas un petit air de ressemblance ?

 

P1290147 (Copier)

P1290152 (Copier)

 

Je vous le présente :

 

Geai acahé
Cyanocorax chrysops

Ordre des Passériformes – Famille des Corvidés

QUELQUES MESURES :
L : 32-35 cm
Poids : 127-170 gr

CRIS ET CHANTS : SONS PAR XENO-CANTO
Le Geai acahé possède un vaste répertoire de plus de 20 sons différents.
Au cours de la défense du territoire, il lance des cris sonores qui portent loin. Quand les oiseaux se rassemblent en groupes ou se déplacent, ils lancent des cris de contact, un seul cri bas et métallique.
Ils ont deux cris d’alarme : une simple note quand le prédateur est encore loin, et une phrase de trois à six notes lorsqu’il se rapproche.
Les cris de contact entendus dans les groupes en train de se nourrir sont des séquences de deux à six « chyup-chyup ».
Il est capable d’imiter les cris d’autres espèces d’oiseaux.

 

HABITAT :
Le Geai acahé fréquente les forêts et les zones boisées, depuis  les forêts vertes typiques des plaines et les forêts tropicales de feuillus jusqu’aux forêts humides tempérées. On le voit habituellement jusqu’à 1500 mètres d’altitude, mais il peut atteindre 2800 mètres en Bolivie.
Toutes sortes de forêts et de zones boisées sont satisfaisantes pour cette espèce, et plus spécialement avec des plantations de maïs dans les environs. Il fréquente aussi les plantations d’Eucalyptus et les lisières des forêts, et peut être vu dans les zones urbaines.

 

DISTRIBUTION GEOGRAPHIQUE :
Le Geai acahé se trouve dans plusieurs régions d’Amérique du Sud, depuis le nord de l’Argentine, jusqu’au Paraguay et l’Uruguay, le nord et l’est de la Bolivie.
Cette espèce se trouve aussi au Brésil, au sud du fleuve Amazone.

 

COMPORTEMENTS DANS LA VIE SAUVAGE :
Le Geai acahé se nourrit principalement de petits invertébrés, surtout des insectes, et de fruits de plusieurs espèces de plantes. Il lui arrive de capturer des nouveau-nés et de prendre les œufs d’autres espèces d’oiseaux, et aussi des grenouilles.
Il se nourrit régulièrement de maïs quand cette nourriture est disponible, et d’autres graines pendant l’hiver.
Le Geai acahé ne consomme pas sa proie dès sa capture, mais il l’emporte jusqu’à un autre endroit à quelques mètres de là. Il la tient avec ses pattes et donne des coups de bec pour l’avaler en petits morceaux. Les ailes des grands insectes sont enlevées avant consommation.

Il se nourrit en sautillant sur le sol, mais aussi dans le feuillage et sur les branches. Quand les ressources alimentaires sont abondantes, il cache la nourriture sur le sol en la couvrant de feuilles, ou dans les arbres, entre les branches.
Ils se nourrissent souvent en groupes de 3 à 10 oiseaux, à tous les niveaux de la forêt. Chaque oiseau se déplace individuellement en traversant les clairières et les lisières, afin de ne pas attirer l’attention. Il vole sur de courtes distances dans les zones plus découvertes. Sur le sol, il retourne les feuilles mortes en déplaçant son bec d’un côté à l’autre.

Le Geai acahé se reproduit en groupes avec habituellement deux ou trois aides qui prennent part aux tâches liées à la nidification et à la défense contre les prédateurs. Mais si ce type de reproduction semble être fréquent, cette espèce se reproduit aussi en couple dont les jeunes restent dans le groupe familial pendant plusieurs mois.
Le choix du ou de la partenaire a lieu aux dortoirs communautaires où les oiseaux se retrouvent pour dormir, et où certains d’entre eux font office de sentinelles. Le mâle fait des offrandes de nourriture à la femelle, et elle répond en secouant légèrement les ailes et la queue. Ils sont monogames mais les liens du couple ne sont pas établis pour toute la vie.

Le Geai acahé est sédentaire dans sa distribution.

 

REPRODUCTION DE L’ESPECE :
La saison de reproduction a lieu entre octobre et décembre au Paraguay et au sud du Brésil.

Le Geai acahé se reproduit souvent en communauté, avec deux ou trois jeunes de l’année précédente qui participent aux tâches liées à la reproduction et à la défense contre les prédateurs qu’ils harcèlent et chassent du territoire.
Le nid est en forme de coupe et souvent situé à une hauteur de 4 à 7 mètres, dans le feuillage dense d’un arbre. Le nid est fait avec des rameaux de bois, et l’intérieur est tapissé de brindilles fines, de fibres végétales de copeaux d’écorce et de radicelles. D’autres matériaux doux peuvent être ajoutés, tels que plumes, herbes et feuilles.

La femelle dépose 2 à 4 œufs tachetés, et incube pendant 18 à 20 jours. Le mâle la nourrit pendant cette période. Les poussins sont emplumés au bout de 22-24 jours après la naissance, mais ils sont encore nourris par les parents pendant trois mois après avoir quitté le nid.

 

ALIMENTATION :
Le Geai acahé se nourrit principalement de petits invertébrés, et plutôt d’insectes. Il consomme aussi les fruits de plusieurs espèces de plantes comme Ficus et Phylodendrum, Casearia et Syagros, ou encore Psidium et Rapanea.
Des nouveau-nés et des œufs d’autres espèces d’oiseaux, ainsi que des grenouilles, font aussi partie de son régime, avec des graines et surtout du maïs, selon les ressources alimentaires.

 

PROTECTION / MENACES / STATUTS :
Le Geai acahé est menacé par la déforestation, mais cette espèce peut vivre sur des étendues boisées isolées de 10 à 20 hectares, si une grande forêt se trouve à proximité.
Le commerce illégal est aussi une menace non négligeable.
Ce geai fréquente les zones urbaines au Brésil, et peut même être commun et abondant dans la majeure partie de sa distribution.
Actuellement, les populations du Geai acahé ne sont pas menacées.

Il se nourrit en sautillant sur le sol, mais aussi dans le feuillage et sur les branches. Quand les ressources alimentaires sont abondantes, il cache la nourriture sur le sol en la couvrant de feuilles, ou dans les arbres, entre les branches.
Ils se nourrissent souvent en groupes de 3 à 10 oiseaux, à tous les niveaux de la forêt. Chaque oiseau se déplace individuellement en traversant les clairières et les lisières, afin de ne pas attirer l’attention. Il vole sur de courtes distances dans les zones plus découvertes. Sur le sol, il retourne les feuilles mortes en déplaçant son bec d’un côté à l’autre.

Le Geai acahé se reproduit en groupes avec habituellement deux ou trois aides qui prennent part aux tâches liées à la nidification et à la défense contre les prédateurs. Mais si ce type de reproduction semble être fréquent, cette espèce se reproduit aussi en couple dont les jeunes restent dans le groupe familial pendant plusieurs mois.
Le choix du ou de la partenaire a lieu aux dortoirs communautaires où les oiseaux se retrouvent pour dormir, et où certains d’entre eux font office de sentinelles. Le mâle fait des offrandes de nourriture à la femelle, et elle répond en secouant légèrement les ailes et la queue. Ils sont monogames mais les liens du couple ne sont pas établis pour toute la vie.

 

Extrait de l’article très détaillé paru sur ce site   http://www.oiseaux-birds.com/fiche-geai-acahe.html

 

Et là je pose fièrement devant la mythique piste de la Transpantanaira dans le Pantanal Nord !! eh je pense que je suis la seule pie au monde à être venue ici !!! non ?

 

Vous voyez j’ai vraiment pas le temps de m’ennuyer !!

 

 

P1310555 (Copier)

 




Pica au Parc des Oiseaux – Brésil

hothome_4_img1_la_web_banner01b

Après les chutes d’Iguçu, on a visité le parc des oiseaux. Au début Léti et Jacky hésitaient, car les zoos pas question !!! On se renseigne, et on nous assure que les volières sont spatieuses et reproduisent au mieux l’habitat des oiseaux et pour certains, c’est nous qui entrons dans les volières c’est dire que c’est grand !!! et franchement aucun regret car c’est la vérité tout est fais dans le respect de l’animal.

Le seul regret étant bien sûr de ne pas pouvoir les croiser ou si peux à l’état sauvage !!!

J’ai donc pu rencontrer mes copains d’Amérique du sud !!! et je peux vous dire qu’ils sont super j’en ai même vue un qui me ressemblait !!

Nous avons passés 4 heures à visiter ce parc et si je pouvais j’y retournerais encore une fois c’est trop sympa.

Mais assez jacassé, commençons la visite.

 

Les flamands roses et Ibis rouge

P1260377 (Copier)

P1260340 (Copier)P1260375 (Copier)

P1260432 (Copier)

 

Les Perruches et Perroquets

Vous voyez les couleurs, la palette du peintre est presque toute représentée !!! et puis ils sont toujours en couple on dis bien inséparables non !!! c’est trop beau.

P1260345 (Copier)P1260354 (Copier)

P1260350 (Copier)

P1260568 (Copier)

P1260603 (Copier)

P1260348 (Copier)

P1260359 (Copier)

P1260362 (Copier)

P1260549 (Copier)

P1260558 (Copier)

P1260563 (Copier)

P1260571 (Copier)

Jacky très attentif au va et vient des perroquets et à leur cris strident

P1260572 (Copier)

Bisous bisous….

 

Les toucans

P1260387 (Copier)

qu’est ce qui fais, qu’est ce qui veux, qui c’est celui là ? il a un drôle de bec ce mec là !!!!!!Clignement d'œil

P1260389 (Copier)

P1260384 (Copier)

P1260391 (Copier)

 

P1260398 (Copier)P1260447 (Copier)

P1260403 (Copier)P1260407 (Copier)

P1260421 (Copier)

P1260524 (Copier)

P1260534 (Copier)

Cet oiseau est une peinture vivante

P1260537 (Copier)

 

P1260422 (Copier)

Et au détours du chemin, j’ai croisé un cousin punk !!! drôle de ressemblance vous ne trouvez pas ?

 

Les reptiles et tortues

Tout le monde est au ralenti, il fais trop chaud pour bouger ne serait ce même qu’un oeil

P1260457 (Copier)

P1260473 (Copier)

P1260465 (Copier)

P1260472 (Copier)

 

Le harpie féroce

Je  n’en menais pas large face au plus grand rapace au monde, regardez les serres !!!

P1260482 (Copier)

P1260487 (Copier)P1260495 (Copier)

 

Les Hiboux , trop chouettes !!! y’en a même un qui aurait pu s’appeler Prof, on dirait qu’il porte des lunettes non ?

P1260584 (Copier)

P1260590 (Copier)

 

La visite se termine et Léti à même pu approcher Jaco de près

P1260607 (Copier)

On peut quitter les lieux en toute sérénité, tout est fais pour qu’ils se sentent bien, les volières sont très grandes et certains sont en libertés.

quelques chiffres : 43 % des oiseaux sont nés là et 50 % sont issus du traffic, ou mauvais traitements. Il y a une section hôpital qui s’occupent des nouveaux arrivants ou des oisillons.

Si vous voulez plus d’infos : www.parquedasaves.com.br




Pica dans les dunes de Paulino Neves – Brésil

 

P1240179 (Copier)

P1240182 (Copier)

 

Et les pattes dans le sable , attention je m’enfonce !!! c’est trop super cette sensation. Je suis le seule oiseau à des kilomètres à la ronde !!!




Pica sur le fleuve Amazone-Brésil

 

P1230817 (Copier)

P1230826 (Copier)

 

Je n’ai pas perdu une miette de tout ce qui passait autours de nous sur le fleuve. et oui depuis que nous sommes sur l’Amazone, je n’ai pas mis le nez dans la cabine je suis resté là a regardé tout ce qui se passait !!! c’est même comme çà que j’ai fais connaissance de Melle Hirondelle, venue de contrés lointaines. Il est vrai que depuis mon petit Titi, je n’ai plus eut l’occasion de rencontrer d’autres copains !!

J’ai même fais connaissance de Paoulou, le chien du capitaine !!! je ne maîtrise pas encore le brésilien mais cela ne serait tardé !!!

 

 

P1230818 (Copier)

P1230821 (Copier)